Login

 
Home | Your Wishlist | Shopping Cart (0) | Contact Us | Your Account | search

ALL ABOUT MARSEILLE SOAP

 Tout sur le Savon de Marseille

Click to browse this collection


           


Introduction
For centuries, Marseille Soap has been primarily used for bathing and washing hands and face. It is also used for household cleaning and laundry. It is available in flakes to be used as laundry detergent and is especially recommended for washing the clothes of babies and persons with allergies since the soap contains no allergens. Marseille Soap is totally biodegradable, requires little packaging, and its manufacture is environmentally friendly. All varieties provide ultra-moisturizing skin care. Dermatologists throughout the world recommend Marseille Soap for dry skin and other dermatological ailments. Its incredible purity and moisturizing properties make it ideal for sensitive skins. In France it has been trusted for generations to clean everything from laundry to little faces.

A History of Marseille Soap
The origin of Savon de Marseille can be traced to Aleppo soap, which has existed for thousands of years. Aleppo soap is made from both olive oil and laurel oil. It spread throughout the Mediterranean basin in the wake of the crusades, passing through Italy and Spain, to reach Marseille.

Crescas Davin was the first official Marseille soap maker in the 14th Century and in 1593 a man named Georges Prunemoyr opened the first soap factory in Marseille to meet the increasing demand for the soap. By 1660 there were seven factories in the city that used locally-produced olive oil as a raw material combined with the ash from the burning of a salty marsh plant named salicorne. At the beginning of the 17th century, soap factories in Marseille could barely meet the local demand and soap was even being imported from Genoa and Alicante. The War however cut off all trade with Spain, and the Marseille soap factories had to increase production in order to supply eastern Europe – especially France’s northern realm, the British Isles, Holland, and especially Germany, where buyers were pushing through multiple orders before the great collapse brought on by the 30 Years’ War.

By 1660, there were seven different soap factories in Marseille and production reached almost 20,000 tons of soap a year. Under Louis XIV, the quality of Marseille’s soap is such that the name ‘Savon de Marseille’ becomes a household name for a green-colored soap sold primarily in bars weighing 5 kg or cakes weighing 20 kg.

On October 5th 1688, Louis XIV signed the Edict of Colbert which introduced regulations limiting the use of the name "Savon de Marseille" to soaps made in and around the Marseille region, and only from virgin olive oil. It also prohibited the factories from working in the summer because the heat compromised the quality of the soap. The subsequent quality of production was such that "Savon de Marseille" became a household name. At that time the soap was green-colored and generally sold in 5kg bars or in loaves of 20 kg. By 1786, there were 48 soap factories in Marseille producing 76,000 tons.

Following the French Revolution in 1789, the manufacture of Savon de Marseille continued to expand and escalated to 62 factories by 1813. The industry employed over 600 workers, and, at the peak of the season, an additional workforce of 1500 prison laborers. Soda-ash was then obtained from sea water through a process invented by Nicolas Leblanc. Toward the 1820s, new oils and fats were imported and passed through the port of Marseille, which encouraged more factories to appear throughout the region in places like Salon-de-Provence, Toulon and Arles.

Eventually, the soap factories in Marseille begin to feel the effect of the heavy competition of soap factories in Paris and England who, instead of the use of palm, copra, peanut and sesame oils, turn to the much cheaper tallow.

At the beginning of the nineteenth century, the city of Marseille had almost 90 factories. In 1906 François Merklen was responsible for establishing the formula for Savon de Marseille: 63% copra or palm oil, 9% soda-ash or sea salt, and 28% water. The thriving soap industry reached its pinnacle in 1913 with nearly 180,000 tons produced, but with the First World War’s effect on maritime shipping activity, the soap industry’s production fell to 52,817 tons in 1918.

After the First World War, the savonneries, or soap factories, benefitted from the progress of mechanisation. Without sacrificing the quality or compromising age-old techniques, production rose again to 12, 000 tons in 1938. When the Second World War broke out, Marseille still represented half of the soap production in France but the following years were to see its decline. The soap was pushed out by synthetic detergents and the factories began closing one after the other. Today only a handful of manufacturers remain in the region, but they still manufacture world-famous natural soap using the age-old techniques.

How Savon de Marseille is Made
The creation of genuine Marseille soap is a complex process that requires several steps. First, oil is mixed with alkali and sea salt in a large cauldron. One cauldron can yield up to 8 tons of soap. Olive oil will produce a green-colored soap and copra with palm oils will make a white-colored soap. The mixture is brought to a boiling point and cooks for about 8 hours during which the chemical reaction of saponification creates the soap mixture.

The mixture is then cooked at 100°C (180°F) for about 4 hours. During this time the soap maker must stir the mixture so that it does not boil over. He also regularly collects the rejected alkalis that accumulate on top of the mixture. At the end of this step, the mixture is washed with salty water to get rid of any impurities left behind. The soap maker tastes the mixture. If it is salty, he must wash it again. If it tastes sweet, there are no soda byproducts left behind and it is ready. The mixture is then covered and left to cool and dry for 36 hours.

 

The bottom of the cauldron is linked to cement compartments on the bottom floor. The mixture is poured slowly while it's still at 60°C (108°F) into the cement basins and left to dry for 48 hours. When the soap is dry it is marked with a special compass in order to be cut into 35 kg blocks then into 2.5 kg bars then into 300g, 400g, 600g and 1kg cubes.

The soap is then stamped and left to dry on wooden boards with space in between the pieces. It takes up to 15 days to dry a bar of soap that is 1 cm thick. For perfumed Marseille soap, the blocks are made into soap flakes. Fragrance is then added as the mixture is stirred. The soap is remolded into bars and left to dry. The last step is the stamping of the soap. Authentic Marseille Soap is stamped with its weight in grams - a practice left over from years ago, which allowed households to compare prices and plan their inventories.  
The soap maker uses an old hand press for traditional stamping of Marseille soap.

Click to browse this collection

Introduction
Le savon de Marseille est d'abord un produit de propreté dont l'usage corporel quotidien s’est avéré depuis plusieurs siècles, en particulier pour les mains et le visage. Il sert aussi de nettoyant ménager et au lavage du linge. On trouve des paillettes de savon de Marseille pour la lessive. On l’emploie notamment pour laver le linge des personnes allergiques et des bébés parce qu’il ne contient pas d’ingrédients allergisants. Le savon de Marseille est 100% biodégradable. Il ne nécessite pas beaucoup d’emballage ou d’autres conditionnements et sa manufacture nuit nullement à l’environnement. Toutes ses variétés procure un soin exquis et hydratant pour la peau. Dans le monde entier, les dermatalogues recommandent le savon de Marseille pour les peaux sèches ou pour d’autres conditions dermatologiques. Sa grande pureté et ses qualités hydratantes conviennent parfaitement aux peaux sensibles. En France, des générations de familles lui font confiance pour tout laver – les grandes lessives et les petits visages.

L'Histoire du Savon de Marseille
L'origine du savon de Marseille provient du savon d'Alep existant depuis des milliers d'années. Le mode de fabrication originaire de la ville d'Alep en Syrie, à base d'huile d'olive et de laurier s'est répandu à travers le bassin méditerranéen, à la suite des Croisades, en passant par l'Italie et l'Espagne, pour atteindre Marseille.

Marseille possède des manufactures de savon à partir du XIIe siècle qui utilisent comme matière première l'huile d'olive extraite en Provence la plus proche. La soude, terme qui à l’époque désigne un carbonate de sodium plus ou moins pur, provient des cendres des plantes des milieux salins, en particulier la salicorne. Crescas Davin est au XIVe siècle le premier savonnier officiel de la ville. En 1593, Georges Prunemoyr, dépassant le stade artisanal, fonde la première fabrique marseillaise.

Au début du XVIIe siècle, la production des savonneries marseillaises peine à satisfaire la demande de la ville et son terroir. Le port de Marseille reçoit même des savons de Gênes et d'Alicante. Mais la guerre rompant l'approvisionnement d'Espagne, les savonniers marseillais doivent augmenter leur production de façon à pouvoir fournir l'Europe occidentale, d'abord le nord du Grand Royaume de France, les îles britanniques, la Hollande et surtout l'Allemagne, où les acheteurs pressent leurs commandes avant le grand collapsus de la Guerre de Trente Ans.

En 1660, on compte dans la ville sept fabriques dont la production annuelle s'élève à près de 20.000 tonnes. Sous Louis XIV, la qualité des productions marseillaises est telle que "le savon de Marseille" devient un nom commun. Il s'agit alors d'un savon de couleur verte qui se vend principalement en barre de 5 kg ou en pains de 20 kg.

Le 5 octobre 1688, un édit de Louis XIV, signé par Jean-Baptiste Colbert de Seignelay fils de Colbert, secrétaire de la Maison du Roi, réglemente la fabrication du savon. Selon l'article III de l'édit: «On ne pourra se servir dans la fabrique de savon, avec la barrille, soude ou cendre, d'aucune graisse, beurre ni autres matières; mais seulement des huiles d'olives pures, et sans mélange de graisse, sous peine de confiscation des marchandises». Les manufactures de savons doivent cesser leur activité l’été car la chaleur nuit à la qualité du savon. Le respect de cette réglementation assure la qualité du savon et fait la renommée des savonneries marseillaises.

Dans le même temps, des fabriques de savon s'installent dans la région, à Salon-de-Provence, Toulon ou Arles.

En 1786, quarante-huit savonneries produisent à Marseille 76.000 tonnes, emploient 600 ouvriers et un volant de main d'œuvre au plus fort de la saison de fabrication, 1.500 forçats prêtés par l’arsenal des galères.

Après les désordres économiques causés par la Révolution française, l'industrie marseillaise continue à se développer jusqu'à compter soixante-deux savonneries en 1813. La soude est dorénavant obtenue à partir de sel de mer, d'acide sulfurique résultat de la combustion du soufre, de calcaire et de charbon de bois, par application du récent procédé chimique de Nicolas Leblanc.

A partir de 1820, de nouvelles matires grasses sont importées et transitent par le port de Marseille. Les huiles de palme, d'arachide, de coco et de sésame en provenance d'Afrique ou du Moyen-Orient sont utilisées pour la fabrication du savon.

Les savonneries marseillaises subissent la concurrence des savonneries anglaises ou parisiennes, ces dernires emploient du suif qui donne un savon moins cher.

Au début du XXe siècle, la ville de Marseille possède quatre-vingt-dix savonneries. François Merklen fixe en 1906 la formule du savon de Marseille: 63% d’huile de coprah ou de palme, 9% de soude ou sel marin, 28% d'eau. Cette industrie est florissante jusqu'à la Première Guerre mondiale où la difficulté des transports maritimes des graines porte gravement atteinte à l'activité des savonniers. En 1913, la production représente 180.000 tonnes et n'est plus que 52.817 tonnes en 1918.

Après la guerre, la savonnerie bénéficie des progrès de la mécanisation bien que la qualité du produit reste due à l'emploi des anciens procédés et la production remonte pour atteindre 120.000 tonnes en 1938. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Marseille assure encore la moitié de la production française mais les années qui suivent sont désastreuses. Le savon est supplanté par les détergents de synthèse et les savonneries marseillaises ferment les unes après les autres.

Il ne reste aujourd’hui qu’une poignée de fabricants dans la région.

Fabrication du savon de Marseille
La manufacture du savon de Marseille représente un procédé complexe comprenant plusieurs étapes.  D’abord, les matières grasses sont mélangés  avec la soude et du sel de mer dans un énorme chaudron.  Un chadron peut contenir 8 tonnes de savon.  L’huile d’olive produit un savon vert et le coprah et les huiles de palme produisent un savon blanc.  Le mélange est porté à ébullition et cuit pendant 8 heures.  La réaction de la saponification donne donc le mélange nécessaire pour créer le savon.

 

La cuisson du mélange continue à 100°C pendant 4 heures.  Pendant ce temps, le maître savonnier doit remuer le mélange pour éviter qu’il ne déborde en bouillant.  Il écume aussi les alcalins qui s’accumulent à la surface.  En fin de cette étape, le mélange est lavé à l’eau salée pour enlever toute impureté.  Le maître savonnier goûte esuite le mélange.  S’il a un goût salé, il doit être relavé.  S’il n’a pas de goût salé, toute la soude et les autres impuretés ont été entrainées et le mélange et prêt.  On couvre ensuite le chaudron et laisse tiédir et sécher le mélange pendant 36 heures.

 

Le fond du chaudron est attaché à des bassins en ciment situés à l’étage en dessous.  Le mélange y est versé lentement pendant que sa température est encore à 60°C.  Il y sèchera pendant 48 heures.  Quand le savon est bien sec, il est marqué avec un compas spécialisé pour être coupé en blocs de 35 kilos et ensuite dans des barres de 2,5 kilos.  Les barres sont ensuite découpées en cubes de 300g, 400g, 500g et 1 kilo.

 

Le savon est alors estampillé et mis à sécher sur des planches en bois tout en laissant un espace entre les savons.  Un savon d’un centimètre d’épaisseur mettra plus de 15 jours pour sécher.  Pour les savons de Marseille parfumés, les blocs sont réduits en paillettes.  Le parfum est ajouté en mélangeant bien puis le savon est reformé en blocs et reséché.  L’étape finale du procédé est l’estampillage.  Les vrais savons de Marseille sont estampillés avec leur poids en grammes – un vestige du passé qui permettait les ménagères de comparer les prix et inventorier leur savon.  Le maître savonnier utilise une vieille machine à estampiller manuelle pour ajouter l’estampille traditionnel du savon de Marseille.

Cliquez pour voir cette collection.